• Sean Luzi

Comment la musique améliore notre intelligence émotionnelle

Un article de Sean Luzi, consultant en intelligence émotionnelle, pour Qobuz leader mondial du streaming en haute résolution. Article complet à lire ici : https://play.qobuz.com/article/184293



Bardées de vertus, la musique ne cesse de nous surprendre tant son pouvoir enrichit nos vies de bien des manières. Cette fois-ci, nous allons nous pencher sur le rôle que peut tenir la musique dans une optique éducative. Comment améliore-t-elle le fonctionnement cérébral des enfants et adolescents ? Comment rend-elle les jeunes plus empathiques, plus sociables et plus intuitifs ? Quelle fonction essentielle la musique peut-elle jouer dans la transmission intergénérationnelle ? Autant de sujets passionnants qui méritent un éclairage nouveau, à la lumière des dernières découvertes en neurosciences.


La musique améliore la neuroplasticité La neuroplasticité est la faculté de notre cerveau à se reconfigurer à tout âge pour créer de nouveaux réseaux neuronaux. Or, il apparaît que l'écoute musicale, lorsque cette dernière est attentive et pas seulement distractive, tend à synchroniser les circuits cognitifs et émotionnels, un phénomène confirmé par les travaux du professeur Chauvel au CHU de Marseille. L'écoute de la musique, via cette synchronisation, va augmenter la connectivité des synapses, consolidant de nouveaux réseaux dans le cerveau. Sur le plan de l'éducation, on sait aujourd'hui que la neuroplasticité constitue un avantage non négligeable. L'enfant, l'adolescent ou le jeune adulte régulièrement exposé à une écoute musicale active développera de meilleures capacités d'apprentissage et de mémorisation ainsi qu'une aptitude à l'abstraction plus fine. Dans ce monde où nos repères sont en constante évolution, pouvoir compter sur un cerveau neuroplastique est un atout de poids. Soumises à des quantités toujours plus grandes d'informations à traiter, les nouvelles générations ont tout intérêt à capitaliser sur cette neuroplasticité qui peut, comme les études le montrent, être développée grâce à une écoute musicale attentive et consciente. Un renforcement de l'empathie et de la sociabilité Aujourd'hui, l'intelligence purement intellectuelle (mesurée par le fameux QI) ne suffit plus. Surgi il y a une quarantaine d'années de l'autre côté de l'Atlantique, le concept d'intelligence émotionnelle a rapidement gagné les rives de l'Europe. Cette forme d'intelligence ne mesure ni la logique ni l'esprit rationnel mais les capacités “humaines” en société. L'intelligence émotionnelle, c'est la capacité à mieux appréhender et réguler ses émotions et celles des autres. C'est ici que la musique a un rôle clé à jouer car elle est le véhicule d'émotions diverses. Une mélodie peut être triste ou enjouée, un rythme peut être calme ou triomphant, une voix peut être énergisante ou mélancolique. En accédant à la musique, l'enfant accède en même temps à un vaste nuancier émotionnel qui lui permet d'affiner, d'affûter ses facultés d'empathie et, de ce fait, ses aptitudes à la socialisation. On s'est également rendu compte que la musique permettait d'expérimenter certaines émotions difficiles comme s'il s'agissait d'un entraînement affectif avec filet de sécurité. Prenons un exemple parlant avec l'Adagio pour cordes de Samuel Barber, qui a une tonalité résolument triste. Il a pourtant été constaté que ce morceau avait tendance à stimuler le noyau accumbens, une région du cerveau impliquée dans le “circuit de la récompense”, filtrant la fameuse dopamine. Mais comment une musique triste peut-elle générer du plaisir ? Parce que le cerveau trouve un intérêt à expérimenter une émotion douloureuse dans un contexte sécurisé non désagréable. Cela s'apparente un peu à une “vaccination affective” et on peut parfaitement imaginer tout l'intérêt d'un tel processus pour les enfants, les adolescents et les jeunes adultes, notamment pour l'amélioration de leurs facultés d'empathie et, in fine, de leur capacité à mieux socialiser. La musique rend plus intuitif Jouons à un petit jeu : quel illustre personnage a dit : “La découverte de la relativité restreinte m'est arrivée par intuition, et la musique était la force motrice derrière cette intuition. Ma découverte est le résultat de la perception musicale.” Pour les plus réfractaires aux sciences, la bonne réponse est évidemment Albert Einstein. Quel pourrait être le lien entre musique et intuition ? Surtout, comment pourrions-nous utiliser la musique comme outil pour développer l'intuition des plus jeunes ? Pour bien comprendre cette interaction, il faut se figurer deux choses. Premièrement, l'intuition est une source d'intelligence inconsciente qui se conscientise lorsqu'un canal s'ouvre en nous et nous y donne accès. Tout le jeu consiste alors à créer les conditions propices. Le fameux “Eurêka” prononcé par Archimède n'est ni le fruit du hasard ni celui d'un miracle mais bel et bien le résultat d'un processus que l'on peut cultiver en nous. A tout âge, nous pouvons devenir plus intuitifs. La musique, en stimulant notre imagination et les associations d'idées nouvelles, favorise l'accès à cette intuition dont nous sommes trop souvent coupés. La deuxième chose à prendre en compte est que l'intuition survient d'autant plus facilement que notre corps et notre esprit sont calmes. Du fait de ses vertus antistress et de sa propension à faire chuter le taux de cortisol dans le sang, la musique apaise l'enfant, calme l'adolescent, ce qui favorise l'émergence de l'intelligence intuitive. La musique comme courroie de transmission générationnelle Il a été démontré que le fait de s'engager dans un partage musical avec un enfant faisait oublier à l'adulte sa position dominante. Résultat : un surplus d'empathie et d'intimité ainsi qu'une bien meilleure communication intergénérationnelle. En outre, il apparaît fort intéressant de considérer la musique comme un bien commun de l'humanité qui peut être transmis en héritage aux plus jeunes. Car la musique est un bien immatériel qui peut se partager d'autant plus facilement que de nos jours, elle a perdu son carcan physique et peut transiter d'oreille en oreille avec une fluidité jamais égalée dans le passé. En prenant le temps de partager avec les plus jeunes générations nos albums et titres préférés, nous conférons à la musique le statut de bien commun de la famille, de la communauté. L'album, le morceau, devient une sorte de legs que l'on transmet aux plus jeunes et dans leur sillage seront également transmis les souvenirs, les émotions, les leçons de vie, les anecdotes, les histoires rattachées à ces héritages musicaux. Grâce à la musique, nous pouvons transmettre à nos enfants une partie de nous-mêmes, une part d'intimité, un fragment de mémoire qui traversera les générations telle une flamme olympique qui passe de main en main. Dans notre monde moderne où les générations ont tendance à se segmenter en silos, la musique a un rôle phare à jouer tant son intemporalité peut rendre perméables les cloisons générationnelles.

40 vues0 commentaire